samedi, août 05, 2017

Macron et la presse : le bal des faux-culs continue

A l'occasion de la chute de popularité d'Emmanuel Macron, les journalistes font mine de découvrir les défauts du personnage. Ils nous ont fait le même coup avec François Hollande. Mais n'était-ce pas avant l'élection qu'il fallait faire ce travail de lucidité ? Leur petite pugnacité sans risque d'aujourd'hui dénonce leur servilité d'hier et flétrit le peu de réputation qui pouvait leur rester. Ils n'ont même pas le reste d'honneur qui consisterait à la constance dans la servilité.

Réciproquement, les macronistes prétendent découvrir les méfaits d'une trop grande proximité avec les journalistes alors que c'est elle qui a fait l'élection.

Les journalistes et les macronistes nous prennent pour des cons. Mais quand leur avons nous montré qu'ils avaient tort ?

Les journalistes et les macronistes méritent  le plus grand mépris, et même le dégoût. Mais quand leur avons nous manifesté cet équitable jugement ?

Aucun commentaire: