vendredi, juin 16, 2017

En défense de Natacha Polony et de la France

Natacha Polony par Brighelli

Natacha Polony est évincée de Paris Première et d'Europe 1. Pour ma part, je la trouve moyenne mais est-ce bien la raison de ces évictions ? Il me semble comprendre que les antennes françaises sont envahies de journalistes moyens, pour ne pas dire mauvais, dont les carrières ne sont pas menacées une seule seconde. Alors ? Je pense que c'est tout simplement de l'auto-censure de ces chaines, par conformisme, par air du temps. On ne peut pas toucher Zemmour, mais Polony, on peut.

Natacha Polony: « Du bon usage de la démocratie »

Dans une société fondée sur le bien-être et l'extension indéfinie du domaine de la consommation, la plus grande peur est de perdre le peu que l'on a. La part des citoyens que leur statut social protège des ravages du libre-échange (désindustrialisation, destruction des structures traditionnelles…) consentira à bien des abandons pour préserver sa tranquillité. Surtout si, par ce choix, le miroir médiatique lui renvoie l'image valorisante de la modernité et de la résistance au populisme.

Ce passage :

[Une société authentiquement démocratique] repose sur l'idée que tout abandon de souveraineté individuelle et collective doit être consenti. En ce sens, une société où les paysans dépendent de quatre multinationales pour obtenir des semences n'est pas démocratique. Une société où l'attention des individus devient une richesse vendue par des fournisseurs Internet contre des espaces publicitaires n'est pas démocratique. Une société dans laquelle 25 % des enfants de 10 ans ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux n'est pas démocratique. Une société où les citoyens ont abandonné tout espoir de maîtriser leur destin collectif et de modifier un système économique qu'ils jugent injuste, au point de cesser de voter, n'est pas démocratique.

m'intéresse car il y a boire et à manger, du bon et du moins bon. Le nombre de semenciers disponibles ne me semble pas du même niveau que l'effondrement éducatif, mais cela vaut le coup de s'interroger : nous sommes nombreux à avoir le sentiment et l'idée que nous ne vivons plus en démocratie, quelles sont les manifestations de cette tyrannie molle ?

Comme beaucoup (mais pas suffisamment pour faire une majorité), je suis très inquiet des événements, de cette majorité sortie de nulle part.

L’anthologie des pires prestations des candidats En Marche aux législatives

Candidats En Marche: la vague qui venait de nulle part et dont on ne savait presque rien

Malentendu sur la qualité des hommes : les électeurs veulent donner un « grand coup de balai » à une classe politique qu’ils imaginent corrompue : place aux jeunes ! Rien ne laisse pourtant supposer que les nouveaux soient plus vertueux que les anciens. Les affaires que l’on signale ici ou là au sujet de certains, en sus de l’affaire Ferrand laissent craindre le contraire. Mais le crédit fait aux macronistes est tel que personne ne veut entendre ces signaux. Qui pourrait croire que, parmi 577 candidats recrutés çà et là, à la va vite, hors des cercles politiques et donc sans visibilité antérieure, ne se glissent quelques aigrefins ? En tous les cas beaucoup de médiocres. D’autant que l’adhésion à ce mouvement n’exige aucune conviction précise. Rien de commun avec la vague de 1959 qui avait subi l’épreuve de la Résistance ou à celle de 2002, longuement mûrie dans le giron des mandats locaux : celle-là vient de nulle part.

Au vu des exemples que l’on entraperçoit ici ou là, tout laisse penser que le niveau des élus de la nouvelle vague (ou tel grand mathématicien emblématique) sera très inférieur à celui des sortants, pourtant pas mirobolant lui non plus. Beaucoup de candidats En marche, en tête au premier tour, refusent les débats de second tour de peur d’y perdre la face. Leurs prestations publiques sont souvent lamentables. A part quelques vieux chevaux de retour du centrisme comme Jean-Louis Bourlanges ou Marielle de Sarnez qui, après des années aux marges ont trouvé là une occasion inespérée d’émerger, la plupart des nouveaux élus n’ont pas d’expérience de la vie parlementaire. Cela promet de beaux pataquès. Ils s’y feront, dit-on, ce qui veut dire qu’ils sauront bien vite revenir aux ornières.

[…]

Peut-être beaucoup des nouveaux députés imaginent-ils pouvoir, par un changement d’« esprit », porter remède à l’immense malaise des Français. Mais que savent-ils des raisons de ce malaise ? Combien d’entre eux ont une connaissance assez fine de la chose publique pour en analyser les causes ? Le président lui-même l’a-t-il ?

Il est à craindre au contraire que, partageant de manière assez imprécise le souci de faire du neuf, la plupart ne soient prisonniers des archétypes idéologiques soi-disant modernes qui sont, dès qu’on les étudie un à un la principale cause des maux dont souffrent nos compatriotes ? Plus d’intercommunalité et de décentralisation alors que les maires et les contribuables en sont accablés ? Plus d’Europe pour résoudre le chômage et simplifier les réglementations ? Plus d’ouverture à l’autre pour prévenir le terrorisme ? On ajouterait plus de pédagogie pour résoudre l’illettrisme, si le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, n’avait pris quelques mesures de bon sens plutôt rassurantes dans ce climat de déraison généralisée où nous nous trouvons : retour au redoublement, au latin, aux classes d’élite dites bilingues – pas question en revanche de remettre en cause la méthode globale, la plus grande des folies. Mais précisément ces mesures montrent que seul est populaire et efficace ce qui apparaît rétrograde par rapport aux modes. Et il en est ainsi dans presque tous les domaines. Ce qu’attendent en réalité les Français : tout le contraire du macronisme. Macron ne réussira qu’en faisant de l’anti-Macron.



Bien sûr, il y a l'interprétation pas trop pessimiste d'Eric Zemmour :

Éric Zemmour : « L'abstention de masse, conséquence logique d'une campagne sans enjeux idéologiques »

L'économisme a régné en maître incontesté. Les sujets « nobles » ont relégué les sujets que les médias et les élites trouvent « vulgaires ». Marine le Pen elle-même a prêté la main à cette opération de nettoyage idéologique. Elle a privilégié la question de l'euro à celle de l'islam. Son résultat décevant est la conséquence directe de ce choix. Ses électeurs furieux et vindicatifs sont restés à la maison, la privant des dizaines de députés dont elle rêvait.

Cette forte abstention populaire fait renaître le suffrage censitaire. Au-dessous d'un certain revenu, on ne paye pas d'impôt direct (ni impôt sur le revenu ni bientôt de taxe d'habitation) et on n'est pas vraiment un citoyen à part entière puisque les sujets qui vous importent ne sont pas jugés suffisamment nobles pour atteindre la sphère du débat public. Le bloc bourgeois favorable à la mondialisation, à « l'ouverture » et à l'Europe, qui a fait l'élection de Macron, a retrouvé la totale maîtrise du débat idéologique et politique. Encore une fois, le moment Macron nous ramène à celui de 1830, quand le suffrage universel était refusé par des bourgeois qui se méfiaient des « classes dangereuses ». Enrichissez-vous, leur conseillait Guizot.


Je crains que le mal soit plus profond, cette vérole de quinquennat (une des multiples raisons de fusiller Jacques Chirac avant qu'il meurt de mort naturelle) achève d'éloigner les Français de la politique. Ils s'en sont remis à n'importe qui.

Et pendant ce temps, le vandalisme continue :

Michèle Tribalat : « Une immigration illégale incontrôlable détruit toute idée de maîtrise »





Aucun commentaire: