dimanche, juin 11, 2017

Elections 2017 : analyse d'un désastre politique

Les élections de 2017 sont un désastre pour la France non seulement par leur résultat mais plus encore par l'indigence de la campagne électorale. Aucun enjeu n'a été posé et discuté. Le résumé que j'en fais est :

« Hollande, Macron, Drahi, Niel et tous leurs copains de l'hyperclasse mondiale ont pris les Français pour des cons et les Français, y compris ceux de l'opposition, leur ont donné entièrement raison ».

Essayons d'y voir clair, des causes structurelles lointaines aux causes conjoncturelles proches :

1) L'individualisme. Il tue la politique : s'il n'y a que moi qui compte, le bien commun, raison d'être de la politique, disparaît. Pourtant, l'homme ne pouvant vivre seul, il est nécessairement soumis à la politique. Notre oubli (plus que notre mépris) de la politique est gros des pires catastrophes face à ceux qui n'ont pas oublié de faire de la politique. Les Français se sentent de moins en moins français et finiront par le payer.

2) L'effondrement de l'intelligence et de l'éducation (depuis cinquante ans) des Français (et plus généralement, des occidentaux). Bernanos disait qu'il fallait refaire des hommes libres. Nous n'en sommes même plus là, il faut d'abord refaire des hommes qui ne soient pas des abrutis et des tarés.

3) La puissance des techniques de manipulation des masses atteint des records. Si Drahi et Niel se voient en tête à tête, ils doivent bien rigoler comme, paraît-il, faisaient les augures à Rome.

4) La dissolution de l'armature idéologique de la droite dans le mode de vie actuel, qui trouve ses racines dans le gauchisme culturel. Inversement, la domination des medias.

5) L'habileté indéniable de François Hollande et la parfaite bêtise de François Fillon et de Marine Le Pen.

6) Les qualités mondaines d'Emmanuel Macron.

Avec Macron, l'hyperclasse mondiale a tiré la leçon de Brexit et de Trump : le mieux pour que les débats dangereux ne donnent pas des résultats désagréables, c'est de les empêcher d'être posés en parlant d'autre chose, en saturant l'espace médiatique de futilités. Et finie la nonchalance, l'hyperclasse, qui croyait avoir gagné définitivement et se laissait aller, repart au combat.

Addendum très important, suite au commentaire d'un lecteur : 

une des armes du Système les plus efficaces, peut-être même la plus efficace, c'est l'amnésie. Le Système cultive dans l'opinion publique une mémoire de poisson rouge « Oh ! Il est beau l'appartement ... Oh ! Il est beau l'appartement ». C'est la fonction essentielle des chaines d'information : une information chasse l'autre et on oublie tout.





La plupart des gens sont conscients que le Système éradique la mémoire longue en sabotant l'enseignement de l'histoire. Mais ils sont moins conscients que l'hystérie de l'actualité à jet continu lobotomise la mémoire courte.

Et que cette euthanasie de la mémoire est primordiale pour la pérennité du Système. Si les gens s'étaient souvenus que le discours sur le renouvellement de Macron était similaire au discours sur le changement de Hollande, leur enthousiasme aurait été moins prononcé.

Faites l'exercice : citez trois événements de 2016, de 2015, de 2014. Du mois dernier. De la semaine dernière.

Coupez les chaines d'information en continu, jetez votre télévision. Je le répète par acquis de conscience, mais je sais que mes arguments comptent peu.

Pour en discuter souvent, je constate qu'il y a ceux qui ont compris et à qui mes raisons sont inutiles et ceux qui ne veulent pas, ne peuvent pas, comprendre, quoi que je dise. On est aucoeur de Pilule bleue / Pilule rouge.

Tiens, une autre pilule rouge :






Aucun commentaire: