samedi, mai 13, 2017

Et si les macronistes avaient raison ?

Je reprends ici un mien commentaire chez P. Bilger, un peu corrigé, et directement issu de ma réflexion sur TV Lobotomie.

Qu’est-ce que le macronisme, une fois qu’on a enlevé toutes les couches de communication ?

C’est l’idée que la France d’en bas est devenue incapable d’assumer sa souveraineté politique (« le peuple souverain »). Notamment, incapable de se révolter et incapable de choisir la bonne politique.

 En conséquence, la politique que l’on connaissait, où des thèses s’affrontent sur la place publique, c’est fini. D’où la notion assumée par Emmanuel Macron disant qu’il faut l’élire sur sa belle tronche et pas sur son programme. La France d’en haut, constituée des sachants, de la bourgeoisie intellectuelle et des possédants, la bourgeoisie d’argent (1) a le devoir de choisir à la place du peuple et de manipuler celui-ci pour l’amener à choisir ce que l’oligarchie (qui se prend pour une aristocratie) pense souhaitable.

Autrement dit, le macronisme, c’est le remplacement de la démocratie par la ploutocratie (l'oligarchie de l'argent), tout en maintenant l’illusion démocratique grâce à la puissance des techniques de manipulation médiatique. C’est la vieille thèse de Bernays (2) réactualisée.

Rien de nouveau, sauf que les conditions ont évolué :

1) Le public sous-estime de plusieurs ordres de grandeur la puissance des techniques de manipulation de masse issues de la publicité auxquelles il est exposé et c’est normal puisque leur efficacité tient justement à ce que l‘effet est inconscient. On en est tout de même à faire passer des personnes à l’IRM pour mesurer les zones du cerveau activées par telle ou telle publicité. Un exemple simple de la puissance de la publicité (on dit « la publicité, ça ne marche pas », c’te bonne blague !), on fait goûter deux frites provenant de la même cuisson, l’une posée sur une feuille blanche, l’autre posée sur un sigle McDonald’s : la seconde est trouvée meilleure par 95 % des goûteurs et l’IRM montre que c’est la zone de la mémoire visuelle qui est activée et non celle du goût.

Revenons à la politique. Pourquoi tous les politiciens sont-ils en costume bleu marine légèrement trop grand avec une cravate bleu ou rouge sur une chemise blanche ? Tout simplement, parce qu’inconsciemment, c’est un gage de sérieux. Mélenchon perd des points avec son originalité vestimentaire même si, consciemment, les gens l’en félicitent.

Il semble bien qu’Emmanuel Macron ait utilisé massivement les techniques de manipulation actuelles. La technique la plus puissante, déjà utilisée par Hollande, est celle de l’écran blanc : dire tout et son contraire de façon à ce que chacun puisse trouver et projeter ce qu’il veut. On est passé au stade industriel avec les algorithmes de sélection des mots à prononcer et à ne pas prononcer. C’est pourquoi les macron-béats me font bien rire (les actuels admirateurs de Macron sont des imbéciles. En revanche, ceux qui ont organisé tout cela sont loin de l'être) : toutes les qualités qu’ils trouvent à Emmanuel Macron sont en réalité celles qu’ils aimeraient y trouver et qu’ils projettent sur lui. En revanche, il a l’intelligence certaine de savoir rester cet écran blanc, ce qui est un tour de force.

2) L’intelligence (3) des Occidentaux s’effondre, et, dans le cas qui nous intéresse, celle des Français. Les causes de cet effondrement font débat (certaines hypothèses ne sont pas du tout politiquement correctes) mais la chose elle-même n’est guère contestée. Eric Zemmour a déclaré qu’Emmanuel Macron a été élu parce que les Français ne sont plus ceux de Chateaubriand et qu’ils ont la télé. C’est vrai, mais je me demande s’il sait à quel point.

Donc les macronistes n’ont peut-être pas tort : le peuple peut être manipulé pour l’amener là où ils veulent. C’est une erreur catastrophique de François Fillon de s’être adressé à l’intelligence des Français à travers un programme.

En résumé, Hollande et Macron prennent les Français pour des cons et il faut bien admettre que les événements leur ont donné raison sans aucun doute possible.

Mais tout cela se heurte à un obstacle : pour que les veaux continuent à bien veauter, il faut qu’ils aient un minimum de confort et de sécurité. Il faut leur laisser quelques miettes (c’est ce que Hamon a compris avec son revenu universel), or les macronistes ne semblent pas en être conscients, très centrés sur leurs intérêts et aveuglés par leur vision de classe, et, il faut bien le dire, leur mépris de classe. Il n’est pas impossible qu’Emmanuel Macron soit plus fin que ses partisans mais aura-t-il les moyens matériels d’endormir les veaux ?

Le plus gros ennemi d’Emmanuel Macron, c’est la réalité et il se pourrait que celle-ci se manifeste sous sa forme financière et économique. Flotter dans l’irréalité, ça va durer un certain temps. Après, ça risque de se finir dans le sang. Mais, pour l’instant, les médias nous vendent le fils prodigue, joie et bonheur et les Français sont toujours aussi cons. Alors, pourvou que ça doure…

************
(1) les macronistes unissent donc les deux libéralismes de Michea, libéralisme de gauche et libéralisme de droite.

(2) Bernays a publié Crystallizing Public Opinion, Propaganda et The Engineering of Consent.

(3) mesurée par les tests de QI, mais pas seulement.







Aucun commentaire: