dimanche, mai 14, 2017

Droite la plus bête du monde : faire contre mauvaise fortune non cœur

Nous avons la droite la plus bête du monde et ce n'est pas près de changer.

Il suffit d'entendre Copé chez Zemmour insistant sur le fait qu'il combattrait le FN de toutes ses forces pour comprendre qu'il est vain d'attendre un milligramme de courage et d'intelligence de ces gens. Et Le Pen sanctionnant toute interrogation au FN sur sa piètre performance n'est pas mieux.

Pourquoi la droite, dont il ne fait aucun doute qu'elle existe dans bien des têtes, paraît-elle condamnée à n'être représentée que par de sales types, de pauvres cons et des blaireaux ? Edouard Husson fait remonter la faute originelle à l'assassinat de Louis XVI (1). Toujours est-il qu'il faut en prendre son parti.

Le nouveau président est un traitre, au vrai sens du terme, puisqu'il fait passer les intérêts de l'Allemagne (et de l'islam) avant ceux de la France (2) :

Investiture Macron: quelques réflexions sur le capitalisme français

***************
Avec l’investiture d’Emmanuel Macron, il faut bien – n’en déplaise aux idolâtres de tous bords – poser quelques réflexions sérieuses sur l’état du capitalisme français et sur la situation générale du pays. Par-delà le brouillard des propagandes, restent en effet quelques réalités, quelques faits têtus, qui excluent toute compréhension du mandat à venir si on ne s’accommode pas de leur présence.

La dépense publique dans le collimateur de l’Union Européenne

On ne pourra rien comprendre aux cinq ans qui vont venir si l’on oublie ce petit mot de Jean-Claude Juncker prononcé la semaine dernière: « Les Français dépensent trop ». 

[…]

La mission de Macron est de fondre la France dans le moule de l’ordo-libéralisme Ne pas comprendre qu’Emmanuel Macron a une mission et une seule: faire rentrer la France dans le moule de l’ordo-libéralisme germano-européen, c’est passer à côté de son mandat, et même de l’Histoire. Bien entendu, Macron n’est pas, comme l’avait caricaturé Marine Le Pen, le gauleiter de l’Allemagne. Il n’exécute pas fidèlement une politique décidée dans ses moindres détails depuis Berlin ou Bruxelles. Il conserve le choix des détails.
***************

Maintenant, que faire ? Plusieurs possibilités pour les législatives :

1) Voter Macron. Il est absolument nécessaire qu'il ne puisse pas se défiler derrière une cohabitation façon Mitterrand en 1988. Il a voulu le pouvoir ? Qu'il l'assume pleinement, que ses fautes soient pleinement siennes. Que les Juppé, Lemaire, NKM et compagnie, tous les traitres habituels, le rejoignent. La constitution d'un ennemi bien identifié, loin des fausses alternances, serait une excellente nouvelle pour les patriotes.

2) Voter Dupont-Aignan, pour le récompenser du seul geste intelligent de cette campagne.

3) S'abstenir.

Voilà, à vous de décider.


***************
(1) : Emasculée ? Pourquoi il est si difficile pour une pensée de droite originale d'émerger au sein des partis censés la représenter en France

Vous avez raison: c'est au sein des Républicains eux-mêmes (l'ancienne UMP) qu'il faut chercher les causes de la défaite. Le parti a été surpris par la victoire de François Fillon aux primaires "de la droite et du centre"; mais alors que le résultat aurait dû faire réfléchir sur ce que voulait vraiment l'électorat, Les Républicains n'ont eu de cesse de vouloir gommer un positionnement "trop à droite".

Même Fillon a été dans l'auto-dénégation : regardez comment, le lendemain de son spectaculaire rétablissement grâce à la manifestation du Trocadéro, il s'empresse de parler futures investitures aux législatives pour les candidats UDI au lieu de travailler un électorat conservateur qui n'était pas celui de Marine Le Pen. Depuis l'échec de Sarkozy, dès qu'on a l'air trop à droite, chez Les Républicains, on se dépêche de réafficher son centrisme. A partir du moment où Emmanuel Macron faisait campagne au centre, en ayant la jeunesse pour lui, c'était une attitude suicidaire de ne pas occuper raisonnablement mais avec professionnalisme des thèmes tels que la sécurité et la lutte contre le terrorisme, à commencer par la suspension de la participation à l'espace Schengen. Et cela d'autant plus que des réservoirs considérables de voix se trouvaient à droite, refusant de rejoindre Marine Le Pen, qui s'obstinait dans sa ligne "de gauche".

Si l'on creuse plus profondément, on est frappé du fait que l'histoire de la droite depuis 1974 est celle d'un ralliement de plus en plus marqué des "gaullistes" au giscardisme.

[…]

La droite est souvent atteinte du "syndrome de Brunswick" - l'appel aux puissances étrangères pour guider la politique de la France - éventuellement la mettre sous tutelle et de ce point de vue, Vichy représente le pire de la droite.


(2) : je comprends que, pour Macron lui-même et pour les macronistes, il ne soit pas un traitre. Ce sont des gens qui considèrent que la France est finie, il n'y a donc aucun mal à obéir à l'Allemagne, on ne trahit pas un pays qui n'existe plus. Mais alors, pourquoi briguer la présidence et pourquoi voter ?





Aucun commentaire: