dimanche, juillet 22, 2012

Rafle du Vel d'Hiv : le pétainiste Hollande tente de terrasser le gaullisme

En déclarant la France coupable de la rafle du Vel d'Hiv, François Hollande, président de la république française, prend une position qui est sans ambiguité pétainiste, si les mots ont encore un sens.

En effet, le pétainisme consiste à soutenir que le gouvernement Pétain, issu de la défaite, est  pleinement légitime et que, en conséquence, ses actes sont ceux de la France, engagent la France.

A contrario, le gaullisme prétend que, la France n'étant pas libre, le gouvernement Pétain est illégitime et ses actes n'engagent pas la France.

Il n'est guère surprenant que François Hollande fasse une déclaration pétainiste.

En effet, ces vingt dernières années, le pétainisme a largement pris le dessus sur le gaullisme, d'où la ribambelle de repentances et d'actes de contrition, souvent ridicules, quand ils ne sont pas, à la fois, odieux et grotesques.

On peut, sans grands risques, émettre l'hypothèse que François Hollande est un parfait inculte sur ces questions (comme sur les autres) et qu'il s'est contenté d'ânnoner le discours écrit par un conseiller, lequel a cédé, pêle-mêle, à l'air du temps, à la mode du meurtre du père, à l'ethnomasochisme, au pseudo-courage de la phrase qui choque et au conformisme bien-pensant, qui est de trouver la France éternellement coupable de tout, bref rien que des idées fort médiocres et qu'un esprit veule.

La vrai courage aurait consisté à défendre la position gaulliste.

Admettons, juste pour discuter, que François Hollande ait vraiment pensé, médité et muri en parfaite connaissance de cause ce qu'il a déclaré.

Cela ne serait pas surprenant et, même, montrerait une cohérence fort bienvenue. En effet, ceux qui veulent savoir (oublions les autres) connaissent l'étroite parenté entre le pétainisme et le socialisme (le travail de Simon Epstein fut salutaire à cet égard, en faisant descendre le débat du niveau éthéré des idées aux pragmatiques parcours individuels).

Le socialisme hollandais est l'héritier direct du radical-socialisme qui fut très à l'aise à Vichy. Ces affinités entre le radical-socialisme chiraco-hollandais et le pétainisme sont analysées dans Le siècle de M. Pétain, d'AG Slama, à propos duquel je m'étais fendu d'une longue recension.

Le hasard de l'actualité nous fournit un symbole étonnant : la grande gueule socialiste Montebourg s'attaque à la famille Peugeot, dont le comportement pendant l'Occupation fut très correct.

************
Nota : je me place dans l'hypothèse, favorable pour Hollande, où le gouvernement de Vichy serait responsable indirectement de la rafle du Vel d'Hiv. Rappelons qu'elle a eu lieu en zone occupée, qui, par définition, n'était pas contrôlée par Vichy.


Aucun commentaire: